Cernunnos Pagan Fest 2020 (2ème partie)

Cernunnos Pagan Fest 2020 (2ème partie)

2 juillet 2020 0 Par Mariam OUKIL

La journée de dimanche s’annonce assez chargée avec un groupe que j’attendais tout particulièrement, nous y viendrons un peu plus tard. Eh oui, il faut bien teaser un peu !

On commence avec du black metal made in France (Nancy), c’est Frekkr qui a ouvert les hostilités pour cette deuxième journée. Ici, le folklore (largement inspiré de la culture viking) prend l’aspect d’un champ de bataille ; l’ambiance se veut froide, lourde et solennelle. Le chanteur alterne entre growl et voix claire où il conte en français des récits assez sombres… En même temps parler d’abeilles et de champs fleuris dénoterait un peu. Si vous en avez la curiosité, je vous invite à écouter leur album Désolations catalauniques ; ça vaut le détour.

FREKKR

Le groupe suivant vient de l’autre côté de l’hexagone, à savoir Nantes. Sur sa description, Infinityum indique « pour les fans d’Equilibrium et d’Ensiferum ». Et bien on comprend tout de suite pourquoi. Des riffs rapides, un chant guttural avec des passages en chants clairs cependant, le tout dans une ambiance épique renforcée par le côté symphonique. Le cocktail parfait pour plonger dans une épopée d’heroic fantasy ! Et puis il faut le souligner, l’énergie transmise au public n’a pas tardé à se faire ressentir. Faire partie des premiers groupes n’est pas toujours facile, et réussir à y créer une synergie débouchant sur un wall of death, ça l’est parfois encore moins !

INFINITYUM

En passant prendre un verre d’hypocras (d’ailleurs, il faudra vraiment m’expliquer pourquoi leur hypocras blanc est rouge…) histoire de se rafraîchir les cordes vocales bien sollicitées, on enchaîne avec Veliocasses que j’avais eu l’occasion de découvrir durant la Winter session de l’Amarok festival. J’avais déjà beaucoup apprécié à ce moment ; visiblement mon avis est plutôt constant. Bon, être aussi nombreux sur une petite scène ce n’est pas facile mais ils réussissent à repousser les murs de la salle pour nous faire voyager avec eux. On retrouve des influences Death et Black comme pour le groupe précédent, avec une dimension beaucoup plus folk attribuée aux instruments à cordes. Seul bémol, comme pour le premier groupe, le son de la petite scène est très approximatif, d’autant plus lorsqu’il y a beaucoup d’instruments ; ça ne nous permet pas d’apprécier leur musique à sa juste valeur…

VELIOCASSES

Chers lecteurs, il est temps pour nous d’explorer d’autres horizons… Jusqu’à présent, les hommages rendus au dieu Cernunnos ont été rendu sur les champs de bataille, dans les forêts et autres contrées lointaines… Mais il reste un lieu où son culte ne s’est pas encore étendu ; la mer. Alors à vos radeaux de fortune, partons explorer les profondeurs sous-marines.

Montons à bord du Toter Fisch pour l’occasion où l’équipage nous accueille avec du Pirate metal à faire basculer un vaisseau ! J’avais pu découvrir ce groupe originaire de Tour (je vous l’accorde, il y a quand même plus côtier comme ville) lors de l’édition 2017 du Motocultor. J’ai pu constater avec joie que le groupe avait vraiment pris en assurance, nous offrant un concert digne des meilleures fêtes portuaires de retour de mers. On retrouve ici un savant mélange entre Death, Black et un Folk très festif (grâce à l’accordéon qui fait toute la différence). Qui a dit qu’il n’y avait pas de musique dans les profondeurs abyssales ? Vous l’aurez sans doute compris, Toter Fisch est un de mes coups de cœur de cette édition !

TOTER FISCH

Après ce périple sur les 7 mers, bon nombre d’entre nous ont dû affronter une épreuve d’un tout autre genre… Se sustenter. Le choix est difficile ; fèves au lard, ambroisine de poulet, ou pâté d’agneau ? Si le choix est cornélien, cela se comprend ; les produits sont de bonne qualité et peu communs en festival (donc on a envie de tout goûter). Les prix restent raisonnables et des options végétariennes sont proposées (pas énormément il est vrai mais on évite ainsi les éternelles frites). Juste un truc qui me chafouine (oui je suis chafouinée !)… où sont passés les Brods ? Pour ceux qui ont raté les deux dernières éditions, une sorte de Subway à la mode viking enchaînait les ruptures de stock tant le succès était grand. J’espère les y voir l’an prochain ! *C’était l’interlude culinaire*

YMYRGAR