Le portefeuille de Manu Chao était-il à l’Elysée Montmartre ?

Le portefeuille de Manu Chao était-il à l’Elysée Montmartre ?

7 février 2020 0 Par Vassago

Les WAMPAS + Les VIERGES + GRYS-GRYS – Elysée Montmartre 01/02/20

GRYS-GRYS débutera son set devant une salle encore aux deux tiers vide. Heureusement pour eux, elle se remplira progressivement tout le temps de leur passage. Le groupe propose un rock plutôt old school, le genre qu’on aimait dans les 70’s. On aimera le petit goût authentique autant dans les tenues que dans le jeu de scène avec un bassiste chanteur sur le côté, les guitaristes au centre devant le batteur et un percussionniste harmoniciste de l’autre côté de la scène. Scéniquement justement on reconnaît un certain savoir-faire, ça bouge bien, ça assume sa présence en ouverture des Wampas, bref y’a de la bouteille et ça fait plaisir. Le groupe est très pressé car il a peu de temps pour jouer un maximum de titres, les inter morceaux sont donc très court et on entend souvent le chanteur glisser un « vite on n’a pas l’temps ». Certains trouveront peut-être ça peut professionnel, moi j’ai trouvé ça plutôt sympathique. Les mecs sont motivés, ils sont là pour convaincre ! L’harmoniciste ira jusqu’à escalader les enceintes de façade pour faire le spectacle. Une belle découverte live !

GRYS-GRYS

LES VIERGES prennent le relais. Trois guitaristes, une bassiste, un batteur et un chanteur, voici la forme actuelle d’un groupe formé à Montpellier dans les années 80. Tout comme le précédent, le groupe n’a que 30 mn pour convaincre, mais dans l’ombre des Wampas depuis plus longtemps, LES VIERGES semblent évoluer en terrain connu. Le chanteur est d’une rare décontraction, scéniquement on pourrait même dire qu’il tente tout et n’importe quoi, le n’importe quoi l’emportant le plus souvent. Qu’à cela ne tienne, après tout on est là pour voir du punk. Musicalement on navigue entre un bon vieux rock à papa et du punk rock. Finalement le punk est plus dans les textes que dans la musique.

LES VIERGES – ©Vassago

Set List : J’en fais trop, Kill kill bop, C’est ça, Je pense a toi, Mongolo Stomp, Robe rose, Cingle, Majorette, Mon jardin, Les Martiens.

LES VIERGES

C’est vers 20h30 que LES WAMPAS débarquent et mettent tout le monde d’accord dès le premier accord de Didier sur sa Les Paul. Le son est nettement plus saturé que pour les deux groupes précédents et Didier démarre au quart de tour soutenu par le reste du groupe nettement plus discret. Didier démarre tellement vite qu’il tentera d’organiser un wall of death dès le début du concert. Le public encore un peu froid ne suivra pas complètement, mais ça aura le mérite de lancer la machine car après ce sera festival de stage diving.

Dider Wampas – ©Vassago

Le public est venu en masse, l’Elysée Montmartre est complet ce soir. On y trouve tous les âges, tous les sexes et toutes les ethnies, comme pour confirmer que Les Wampas n’ont pas de chapelle et s’adresse à tous. Beaucoup de métalleux aussi dans cette assemblée, le groupe a manifestement été adoubé lors de son passage au Hellfest, il fait maintenant parti de la famille. Très vite le public est chaud bouillant, ça pogote de partout jusqu’au milieu de la salle et pas seulement devant, ça reprend les paroles.

Côté set list (que vous retrouverez juste en dessous dans le détail), Les Wampas revisitent toutes les époques ou presque. Certains incontournables savamment placés vont cotoyer des titres moins immédiats. On peut dire au final que le groupe a donné son maximum pour contenter son public avec un Didier en super forme et un punk de qualité sans fioriture.

LES WAMPAS

Set List : Intro (Tu dévisses), Sauver le Monde, L’aquarium tactile, Les chinois vont sur la lune, C’est l’amour, C’est politique, Comme un punk en hiver, Punk ouvrier (Didier Wampas song), Le dernier cormoran, Manu Chao, Tournesol, Leonie, Les bottes rouges, L’autoroute des gros porcs, Jenny (with The Limiñanas), Yeah Yeah, Roy, Ce soir c’est Noël, Où sont les femmes ? / Petite fille, C’est juste une petite voix.
Rappel : Comme une vomissure triangulaire, Rimini, Rising, Oï, For the Rock?