Mennecy Metal Fest : le Samedi (jour 2)

Mennecy Metal Fest : le Samedi (jour 2)

18 octobre 2018 0 Par Huhsh

Après une courte nuit de sommeil je me lance dans une quête audacieuse qui se transformera rapidement en utopie concrète. Se rendre en transport en commun à Mennecy, un samedi, s’avère fort compliqué. Un rer douteux toutes les heures…. Quand je pense qu’on nous vantait les charmes de la banlieue il y a encore peu de temps… Merci la SNCF, j’adresse à qui chez vous la note d’Uber pour arriver à destination dans les temps ?
Bref, ça n’est pas le sujet, j’arrive au Mennecy Metal Fest à peu près à l’heure pour cette deuxième journée de programmation, nettement plus orienté metal et hardcore, ce qui est loin de me déplaire.

C’est le groupe « Undead » qui ouvrait les hostilités dès 14 heures ce samedi. Malheureusement je n’aurai vu que les deux derniers morceaux de leur prestation. Oui, je vous l’ai dit, à peu près à l’heure…. Le groupe, qui vient de Troyes, existe depuis deux ans maintenant et s’est réuni musicalement après s’être côtoyé pendant de nombreuses années. Ils évoluent dans un registre trash/death old school. En tout cas c’est plutôt bien en place et si je regretterai un léger manque de niveau sur la voix, le public présent lui ne boude pas son plaisir. Je reviendrai en tout cas sous peu sur « Undead » pour Warm TV.
https://www.facebook.com/undeadmetalband/

Pendant le changement de plateau, les mêmes schémas se reproduisent. On sort prendre l’air, flâner devant les stands, manger un morceau ou boire avec modération pour ne pas changer. Bref on passe le temps comme on peut pendant des changements qui sont assez long tout de même. Certains en profite pour aller flâner au Mennecy’nk Tattoo Fest qui se tenait les 21, 22 et 23 septembre dans la salle mitoyenne du MMF.

C’est au tour de « Serenius » de se mettre en place sur scène. Pour ceux qui ne connaissent pas encore le groupe, petite point biographie. Existe depuis 2005, 3 albums à son actif, bossant actuellement sur le projet « Metanoïa » et vainqueur du Headbang Contest, ce qui lui a valu aux 4 membres de fouler des pieds la scène « Dave Mustage » lors du dernier « Motocultor ».
C’est bon on peut reprendre ?

[supsystic-gallery id=2 position=center]

« Serenius » c’est du death, mais un death qui a choisit de ne pas choisir, entre mélodie et brutal. Efficace, maîtrisé, une symbiose quasi parfaite entre les 4 musiciens, le groupe fait plaisir à voir. Je ne crois pas qu’on dise « Groupe qui sourit, public quasi acquis ! » et je ne m’abaisserais pas à vous servir le poncif qui a inspiré cette réflexion, mais je me permets ce constat personnel. Après un bon décrassage de cervicale, « Serenius” se retire en ayant bien préparé le terrain pour « Grazed ».
https://www.facebook.com/SereniusBand/
https://serenius.world/

[supsystic-gallery id=3 position=center]

Formé entre 98 et 99, le groupe, originaire de Nîmes, distille un thrash/metal ponctué d’interludes déconcertantes et foutraquement drôle. On y aborde pêle-mêle, la sénilité, les ravages du tabac ou la malédiction du metro/boulot/dodo. Bref c’est particulièrement soigné et con à souhait et ça n’est pas sans rappeler le délire de certains amateurs de palmipèdes. Et oui, pour ceux qui se posent la question, c’est chanté en français et plutôt très bien chanté d’ailleurs. Je vous conseille d’aller poser une oreille sur « Neandertal » leur dernier album sorti en 2012. Il semble qu’un album live soit également sorti en 2014 « Grazed Alive », mais nulle trace sur la toile.
https://www.facebook.com/GRAZED-147451828646685/

[supsystic-gallery id=4 position=center]

C’est rapidement au tour de « Corrosive Elements » de prendre le contrôle du pit. Formé en 2005, comme tous groupes qui se respectent ils ont connu quelques changements de line-up avant de se stabiliser et de sortir « Toxic Waste Blues » une dizaine d’années donc après leur formation. C’est brut, massif, un mur de son qui prend aux tripes et vous laisse à moitié sonné. Du bon thrash old school, du death des familles ? Un mix des deux très bien servi et belle gifle en live. Comme un petit goût de trop peu, mais viens le moment de céder la place à « Khaos Dei ».
https://www.facebook.com/corrosiveelementsofficial/

[supsystic-gallery id=5 position=center]

Originaire de Bordeaux et formé en 2013, je connais le groupe de nom, mais je n’avais jusqu’alors ni pris le temps de les écouter ni eu l’occasion de les voir. Et pour le coup c’est un dépucelage en live que je vais vivre pendant ce set. Loin d’être un aficionados de Black en général j’ai pris un réel plaisir à découvrir le groupe. C’est puissant, racé, le chant en français, plutôt très audible, chose rare dans le genre, loin de desservir les titres, nous font plonger dans l’univers torturé de « Khaos Dei ».

La quarantaine de minutes du set m’aura paru moitié moins mais l’heure de laisser la place aux marseillais de « Landmarkvs » approche.

https://www.facebook.com/khaosdei/

[supsystic-gallery id=6 position=center]

J’ai découvert « Landmvrks » au Download festival cette année. Né en 2014, il aura pas fallu beaucoup de temps pour qu’on remarque le metalcore des 5 occitans. Leur premier album autoproduit « Hollow » avait mis la barre très haute, et la sortie prochaine de « Fantasy », annoncé pour le 2 novembre prochain a du attirer pas mal de monde aujourd’hui. Il se dit que « Landmvrks » se serait formé pour rivaliser avec les vagues hardcore newschool, américaine et anglaise. Si c’est le cas on peut dire que le pari est réussi. Là encore, je n’aurais pas vu passer le temps et n’aurais qu’une seule chose à redire au set, la voix ne m’a pas vraiment paru à son juste volume. Un peu dommage pour bien profiter des parties mélodiques de Flo.
https://www.facebook.com/LANDMVRKS/

[supsystic-gallery id=7 position=center]

Mais s’en vient le moment que j’attends depuis la veille finalement. Les patrons sont là, j’ai nommé Black Bomb A. Alors, oui, difficile de rester objectif quand on suit un groupe depuis ses débuts et que plus de 20 ans après on sait qu’on va encore prendre une torgnole magistrale en travers de la ganache. Et c’est pas avec le dernier album éponyme que ça va changer. Parce que cet album est un retour aux sources pour BBA et un appel au chaos instantané dans le pit. Le duo Poun/Arno donne l’impression qu’on se doit de tout vivre maintenant. Dans ce court laps de temps, un peu plus d’une heure d’un maelstrom furieux qui ravage toute la salle et envoi le public dans la stratosphère. Un set d’une intensité telle qu’on a du mal à la décrire. BBA aura posé le débat et si Poun et Arno avait pu nous gratifier d’un mic-drop à la fin du show, ils auraient bel et bien enfoncé le clou de cette journée.
https://www.facebook.com/BLACKBOMBA.OFFICIEL/

C’est « Rise of the Northstar » qui conclura cette deuxième journée de festival. Par solidarité avec nos camarades photographes, nous avons choisi de ne pas communiquer ou publier les photos de leur prestation. (Voir avec le rédacteur).