Interview : Novelists

Interview : Novelists

18 janvier 2020 0 Par Oona INKED

12 décembre 2019

Jeudi 12 décembre, nous retrouvions au Metal Guitar Shop (Paris), Amaël, Florestan et Nicolas, respectivement batteur, guitariste et bassiste du groupe, afin d’échanger sur leur prochaine sortie, C’est La Vie.

WARM TV : Tout d’abord, bonjour à vous trois ! Merci de prendre le temps de converser avec nous à propos de votre nouvel opus, prévu pour le 24 janvier 2020. Nous essaierons d’aller à l’essentiel, depuis la création du groupe en 2013, le public vous connaît! (rires).

Nicolas : On espère ! (rires)

WTV : Alors, après Souvenirs (2015) puis Noir (2017), comment pensez-vous que Novelists a évolué, sur le plan musical et humain ?

Nicolas : Hum… Alors, humainement, pas beaucoup, finalement, on est comme un vieux couple, maintenant (rires). Ah si, ce qui a évolué, c’est qu’on a pris une maison ensemble, juste après la sortie de Noir, quelques mois après. Après ça n’a pas changé grand-chose, on a l’habitude de partir en tournée ensemble, comme je disais, un vieux couple, on se connait, on a eu le départ de Charles-Henri mais pas de nouveau membre.
Amaël : Sinon, musicalement, je ne vois pas de grand changement, y’a eu une évolution, mais y’a pas eu de virage drastique, c’est en fonction des influences des groupes qu’on écoute, on suit un peu les tendances d’aujourd’hui, quoi. On s’inspire de ce qui se fait, tout en gardant notre patte. Mais ça reste une évolution assez logique, sans virage à 90°, rien de forcé.

WTV : Pour les influences, j’y reviendrai un peu plus tard (rires). Justement, si on compare avec les autres opus, moi qui vous ai découvert avec Souvenirs, j’ai trouvé ce dernier plus intense alors que Noir est beaucoup plus soft, plus mélancolique. Pour C’est La Vie, finalement, on est sur quelque chose de plus équilibré, un bon juste milieu en quelques sortes. Après les retours de votre label, une sortie «concept» comme Noir était «peut-être trop tôt dans votre carrière», du coup, comment avez-vous abordé l’écriture de cet album-là?

Nicolas : C’est marrant, ça, tout le monde a lu ce truc là, j’ai dû le dire une seule fois (rires)…

WTV : Oui, en janvier dernier (rires) !

Nicolas : Je pense qu’on l’a abordé en se disant qu’on allait essayer de faire quelque chose de plus efficace, moins chronophage. Sur Noir, certains morceaux étaient très complémentaires entre eux. Là le but était de faire un recueil de neuf morceaux qui marchent à eux seuls, en tant que single. (À Amaël) T’en penses quoi, toi qui as pas mal écrit sur l’album ?
Amaël : Ouais, sur cet album, on a plus mis l’accent sur les compositions de Flo. Moi, dans ce que je compose, c’est un peu plus bateau, moins complexe, et on a vu que le public était très attaché au côté technique de la guitare.

Nicolas : Après, quand on y pense, le plus gros single, c’est toi qui l’as écrit, c’était un single assez simple. Je pense qu’on essaie toujours de trouver des explications, «tel morceau marche, tel morceau marche pas»,et en fait on sait pas tellement (rires). Mais on sentait que les gens avaient besoin d’un peu plus de technique, du coup on en a mis plus, ça c’est sûr. Après, pour ce qui est des morceaux, que ce soit d’Amaël ou de Flo, ça marche très bien dans les deux cas. Peut-être que l’équilibre était un poil trop… Hmm… Lent et introspectif ? Il faillait vraiment se mettre dedans, sur Noir, alors que là ça rentre plus facilement dans le vif du sujet et dans les riffs principaux, il y a moins de longues intros… On a pris un peu moins le temps, dans les compos, je pense.

WTV : Justement, en parlant compo, ça sera une question un peu plus pour toi, Nicolas. En plus d’être bassiste, tu es également le manager du groupe. Dans cette fameuse interview de janvier dernier, tu précisais que tu composais avec ton ancien groupe, mais que, jusqu’à présent, tu n’avais pas encore composé pour Novelists. Est-ce que ça a changé ?

Nicolas : Déjà, dans mon ancien groupe, je ne composais pas tant que ça. J’avais quelques titres, mais c’était toujours Charles-Henri, présent également dans mon ancien groupe, qui composait la majorité des trucs. Après, j’avais beaucoup plus un rôle sur la compo, parce qu’il y avait une très bonne synergie entre nous deux. Là, cette synergie est plutôt entre Flo et Amaël, et j’ai pas de problème avec ça, parce que, quand je suis rentré dans le groupe, je me suis dit « Ces mecs là, ils écrivent mieux que moi, du coup, faut savoir où sont tes spécialités » (rires), et je me sentais beaucoup plus utile dans tout ce qui était management ou prod, par exemple. J’ai toujours pas composé à proprement parler sur C’est La Vie, mais j’ai eu plus d’influence qu’avant sur l’album en lui-même, notamment parce que j’ai fait beaucoup de voix avec Matteo. Sur l’instrumental, ça reste plus minime. Ce qui va influencer, c’est le fait que je donne mon avis quand Flo ou Amaël écrivent. Inconsciemment, l’avis du groupe reste au fond de la tête. Finalement, au sein d’une formation, même si t’écris pas, l’entité influence l’individu, et je me sens pas du tout lésé. On en parlait avec Flo d’ailleurs, l’autre jour, je me sens ultra-connecté aux compos, comme si je les écrivais. Et je pense qu’elles ne seraient pas les mêmes si j’étais pas un membre du groupe. Cela dit, j’ai fait deux compos qu’on n’a pas mises dans l’album,mais dont je suis pas forcément mécontent. Et j’ai envie d’essayer d’écrire quelque chose, de sortir quelque chose sur Novelists qui soit vraiment de moi.

WTV : Pour conclure sur l’histoire d’album concept, comme je disais, Noir reste quand même très mélancolique, assez sombre, quand on regarde les paroles, avec comme thème principal la Mort et le point de vue de quelqu’un de suicidaire. Est-ce que vous envisagez de refaire un album concept dans le futur ?

Nicolas : Je croyais que t’allais nous dire « Est-ce que vous envisagez de vous suicider ?» (rires). Pour l’instant, on essaie de penser à une alternative, sortir des singles.
Amaël : On se réfère un peu au modèle du marché du Rap, et aujourd’hui, on a un public qui répond beaucoup plus au buzz qu’avoir un groupement de chansons. Du coup, on essaie de sortir un ou deux singles, puis si ça répond bien, éventuellement faire un mini-EP dessus, puis passer à autre chose, écrire d’autres singles… Essayer d’être plus réactifs au niveau des tendances, aussi. Parce qu’un album, quand on y pense, ça s’écrit sur deux ans. T’écris un truc la première année, tu sors l’album deux ans après, t’es déjà dépassé.

Nicolas : Et en plus, tu sors le truc, tu dois prendre en compte les feedbacks, et ta réaction à ces feedbacks, elle doit arriver deux ans après… Et ça c’est super frustrant, parce que tu te dis « J’ai compris mais je peux pas y répondre ou rebondir dessus maintenant ». L’idée, c’est de sortir un single, d’avoir des retours, et deux mois après, de revenir avec un autre single où t’as compris le feedback du public, sans forcément dire que tu vas aller EXACTEMENT là où ils veulent que t’ailles. Si les gens te disent « j’aime bien tel truc », et qu’on peut répondre « Ah bah super, nous aussi, mais on était pas sûrs que ça plaise », on va se diriger vers ça. On a beaucoup plus de personnalités différentes dans notre musique, par exemple, si tu sors une balade et qu’elle marche, on va en faire un peu plus.

WTV : Oui, comme 5:12, Monochrome et C’est La Vie ? Une sur chaque album, c’est cohérent !

Amaël et Nicolas : Oui voilà, absolument.

WTV : Pour parler des influences que vous avez pu avoir, je vois par exemple Unprocessed qui a sorti son quatrième album il y a quelques mois…

Amaël : Quatrième ?? Déjà ? Moi je pensais qu’ils étaient tous jeunes, comme groupe !

WTV : Non, même pas (rires) ! Covenent (2018), Perception (2016), ils sont justement un peu plus dans la veine de Souvenirs. Mais pour prendre exemple sur Artificial Void (2019) qui reste excellent en soi, il n’innove en rien, avec des patterns, des sonorités où les influences sont plus qu’évidentes. Je prends mon cas personnel, je vous ai découverts en 2015, mais même s’il n’a pas aussi bien marché que vous espériez, j’ai adoré Noir parce que c’était frais, c’était innovant, avec du saxo sur Monochrome, j’ai trouvé ça super !

Nicolas : C’est parce que t’adhérais déjà au groupe avant, peut-être. Quand tu sors un deuxième album, t’espères doubler ta fanbase… Bon, cela dit, pas mal ont aimé Souvenirs et n’ont pas adhéré à Noir… Mais si t’adhères vraiment au projet… Sans vouloir bitcher sur les djent kids (rires), typiquement, les gars qui vont écouter ça de façon superficielle juste parce que ça « chug », et qui n’adhèrent pas profondément à la musique, ça m’étonne pas qu’ils n’aient pas aimé Noir. Si t’aimes vraiment le groupe, tu vois bien que les trois albums sont très cohérents, y’a eu une évolution, comme on disait, mais pas de virage.
Amaël : Puis au niveau de la composition, sur Noir, c’était plus tranquille.

Nicolas : Ouais, mais c’était des trucs qu’on avait déjà avant ! Tout ce qu’on a fait dans Noir, et a fortiori C’est La Vie, on l’avait a priori annoncé dans Souvenirs. On a peut-être fait un petit peu plus, mais rien de drastiquement différent.
Amaël : La balance, pour moi, entre la technique, le djent, et les trucs plus originaux qu’on faisait est un peu plus équilibrée. Mais c’est vrai que quelqu’un qui a aimé tout Souvenirs nous aura suivis sur Noir… en principe ! (rires)

WTV : J’arrive sur la fin de ma question originelle : Quelles étaient vos influences en 2015, quelles sont-elles aujourd’hui ?

Nicolas : Si Florestan était présent dans l’interview, il dirait sûrement Periphery (rires).

WTV : Ah mais il peut, avec plaisir (rires) !
(Note : Florestan devait prendre une autre interview au téléphone qui n’a finalement pas eu lieu, il a donc pu nous rejoindre).

Florestan : En 2015?

Nicolas : Periphery II, non?

Florestan : C’était pas déjà fini? (rires) Parce qu’au tout début, c’est sûr que c’était Periphery, et ce pendant un moment, et à partir de leur EP Clear (2014), j’étais plus trop dedans… C’était une période où je savais plus trop quoi écouter. Après, pour C’est La Vie, je peux en parler, j’ai beaucoup écouté That’s The Spirit (2015) de Bring Me The Horizon, et While She Sleeps, surtout You Are We (2017). Je pense que ça a été une bonne influence.
Nicolas : C’est marrant, parce que quand t’écoutes C’est La vie, il n’y a pas une once de ces influences là…
Amaël : Si, sur le titre éponyme, y’en a un peu, y’a du lead, des riffs…
Nicolas : Ouais mais je pense pas que quelqu’un va sortir « Ah ça c’est While She Sleeps » !
Florestan : C’est surtout dans Head Rush que le lead est inspiré de ça.

WTV : Encore une fois à titre personnel, j’accroche pas du tout à While She Sleeps, mais Head Rush, j’ai adoré. À la limite, j’ai trouvé que l’intro de Lily m’évoquait énormément Forget My Name, sur le dernier album de Wage War.

Nicolas (à Florestan) : Wage War ? T’as jamais écouté ça, pourtant (rires).
Florestan : Moi, pas trop, mais Amaël, oui (rire)!
Amaël : Je sais pas si on peut dire « écouter », quand c’est dans mes suggestions YouTube, ouais, je clique dessus, mais sinon…

WTV : Ouais, t’irais pas écouter ça de ton propre chef (rires).

Nicolas (à Amaël) : T’écoutes Fit For A King, c’est un peu la même scène que Wage War. (À WARM) Donc moi, ça m’étonne pas que t’aies ressenti ça !

WTV : Comme j’ai mentionné plus tôt, j’ai trouvé que vos albums apportaient de la fraîcheur au genre, notamment grâce à l’incorporation du saxophone dans vos titres. Je ne connaissais pas de groupes qui avaient la même démarche, à part des groupes de Technical Death Metal comme Rivers of Nihil ou Fractal Universe. Pour vous, y’a-t-il une limite à l’innovation ? Quel serait ton regard sur l’évolution de la scène Metal actuelle ?

Nicolas : Flo n’est plus là donc j’ai le droit de le charrier un petit peu (rires). Flo fait de la guitare classique depuis vingt ans, et j’ai qu’une envie, c’est d’avoir de la guitare classique dans un morceau. Mais lui n’a pas du tout envie (rire), parce que ça ne collerait pas, selon lui.

WTV : Complètement, je trouve, même Arch Enemy a des plans très classiques dans leur musique.

Nicolas : Selon moi, y’a rien qui colle pas. J’ai envie qu’on ait tout, qu’on ait de la cithare, c’est ça que je trouve trop cool ! Quand t’écoutes un morceau et que tu tombes sur une sonorité, un timbre que t’as jamais entendu avant, c’est là où le morceau reste en tête. Si t’écoutes toujours la même chose avec deux guitares, une basse, une voix… C’est chiant (rires) ! J’aime beaucoup l’idée d’avoir des milliards d’instruments différents, mais je suis pas sûr que Flo me suive là-dessus. Amaël, je sais pas ce que t’en penses.
Amaël : Je suis un peu entre les deux. C’est bien de se mettre des bornes et ne pas aller trop loin, parce que c’est un peu à double tranchant. Soit ça marche bien, et tant mieux, soit tu fonces dans le mur. Sinon, je suis plutôt pour l’idée d’essayer des nouvelles choses. On n’en a pas eu l’occasion sur C’est La Vie, on voulait essayer de mettre un peu plus d’électro, mais ça n’a pas été aussi présent qu’on le souhaitait.
Nicolas : Y’avait pas assez de place dans l’album pour mettre de l’électro. Dans l’idée, il aurait fallu l’écrire en pensant à ça, en le prenant en compte. Là, on a essayé de le rajouter après, on s’est rendus compte que c’était compliqué.

(Note : Florestan est revenu entre-temps, je lui pose la même question)
Florestan : Alors, faut savoir que j’écoute pas tellement souvent de la musique, en fait. J’ai toujours été obsédé par quelques trucs quand j’étais jeune, je restais bloqué dessus. Typiquement, Periphery, dont je parlais tout à l’heure, j’écoutais ça pendant deux ans non stop, et j’écoutais que ça ! Et depuis que j’ai commencé à écrire pour le groupe, j’ai un peu plus de mal à avoir cette passion pour les groupes, j’écoute de tout, mais sans vraiment creuser le truc, sans connaître toute l’histoire derrière chaque album. Par exemple, j’ai bien aimé While She Sleeps, dernièrement, mais c’est vrai que j’ai du mal à m’ouvrir à autre chose.

Nicolas (à Florestan) : Nous on a plutôt répondu sur le côté «expérimentation», dans notre écriture, avec d’autres instruments.

Florestan : Ah bah, si on parle d’autres instruments, encore une fois, j’ai du mal à m’ouvrir à autre chose (rires). Après c’est personnel, j’aime la formation telle qu’elle est, j’ai pas besoin d’autre chose. Quand on a fait des essais, pour moi, ça marchait pas.
Nicolas : Moi, j’adorerais avoir de la guitare classique ou même de la cithare ! En fait, ça dépend des styles, pour moi, mixer de l’harmonica ou de la guitare folk avec du Metal, pour moi ça marcherait pas, mais avec des trucs un peu «musique du monde», des instruments sud-américains, ou indiens – (WTV : comme Chabtan a fait sur Nine Levels ?) – Oui voilà ! Je rêve de faire ça, j’espère vraiment qu’on va le faire sur le prochain album… Mais c’est pas facile ! (rires)
Amaël : Sachant que c’est lui [Florestan] qui compose plus de la moitié…(rires)
Nicolas : Déjà, sur Monochrome, la steel guitar, je crois qu’il était moyennement emballé, à la base.
Amaël : Ah, moi, j’étais fan!
Nicolas : Moi aussi, j’aime beaucoup l’idée d’avoir des timbres différents qui font que la musique va pas juste défiler, ça va intriguer ton oreille, tu vois, genre « Tiens c’est quoi ça ? J’ai jamais entendu ça avant ! », autre chose que juste « consommer » la musique, avec cents morceaux qui sortent par jour… Peut-être au prochain single!

WTV : En parlant de single, je me permets une petite parenthèse.
(À Amaël) Pour Salem (side project avec Mattéo), vous comptez faire autre chose?

Amaël : Absolument ! Là, Mattéo a préparé pleins de titres. J’avais fait l’instu sur Limbo, mais ça prend beaucoup de temps, je suis pas aussi efficace que je le voudrais là dedans.
Nicolas : C’est pas que t’es pas efficace, c’est que tu mets du temps à faire des très bonnes instrus, et Mattéo n’a pas de patience (rires), et il a ses exigences, aussi.
Amaël : Il veut chacun de ses textes sur une instru précise, avec tel ou tel truc… Idéalement, il faudrait que j’en fasse plus dans des domaines bien différents pour que ça marche bien. Du coup, je vais me focus sur la prod voix avec lui. A l’heure actuelle, y’a cinq ou six chansons « pré-prodées ». Après, je ne dis pas que ça sera dans la même veine. Limbo était en anglais, avec beaucoup plus de chant, et Mattéo est quelqu’un qui vient du rap, à la base, donc y’aura beaucoup plus de textes en français.
Nicolas : C’est un peu un fourre-tout de ce que veut faire Mattéo, en fait !(rires)
Amaël : Et en termes d’influences, y’a de la folk, de la trap un peu plus énervée, ou même du chant façon Post Malone.
Nicolas : Quand t’écoutes Post Malone, y’a beaucoup de diversité dans ses titres ! Le truc qui risque de faire bizarre aux gens quand il va sortir son EP, je pense, c’est que ce soit en français. Beaucoup qui ont accroché ne sont pas francophones, je me demande comment ils vont réagir. Mais en vrai, je pense qu’il s’en fout, il veut juste sortir son truc. (rires)
Amaël : Pour les titres chantés, ça reste très abordable, c’est très pop.

Nicolas : Quand t’y penses, y’a pleins d’américains et d’allemands qui écoutent du Booba… (WTV : Et PNL ?) Ouais mais, ça c’est beaucoup plus chanté, moi j’écoute PNL alors que j’aime pas les paroles (rires).
Amaël : Surtout que lui, dans ses influences et sa manière de raper, ça reste très old school, comparé à ce qui se fait aujourd’hui, c’est pas trop dans la mouvance, disons. En tout cas, ça devrait sortir courant mars, et on a très hâte !

WTV : C’est super, on ne manquera pas d’y jeter une oreille ! Allez dernière question, on va parler un peu tournées. Vous venez de finir votre tournée européenne avec Being As An Ocean, mais j’aimerais revenir sur votre première tournée en Asie. Quand on voit que tout est bloqué là bas, niveau outils marketing, c’est toujours un peu risqué. Quelle ont été vos impressions ?

Nicolas : Les outils marketing sont même inexistants, on peut le dire (rires). On a mis trois jours pour contacter nos familles, mais on a été cons, aussi, on n’a pas pensé à télécharger un VPN. Pour te dire, on vit tous en colocation, Amaël, Flo, la copine de Flo et moi. Et on a essayé tous les trucs qu’on avait, y’avait rien à faire, ça marchait pas. Donc Flo, pour contacter sa copine, il est passé par une application qu’on utilise en commun pour faire nos courses ! Et donc pendant trois jours on a galéré, jusqu’au jour où on est tombés sur une salle qui avait un VPN, la chance.
Amaël : Pour les impressions sur le public asiatique, alors, on a fait Chine, Japon et Corée. On a commencé par Tokyo, et c’était tout bonnement génial. Le public était hyper réceptif, et c’était la plus grosse vente de merch de notre vie (rires). On a ensuite enchaîné Nagoya, Osaka, puis encore Tokyo. Malheureusement, sur cette dernière date, il était censé y avoir du monde mais il y a eu une tempête.
Nicolas : Il y a eu beaucoup de préventes, pourtant, nous, on faisait nos balances donc on a rien vu, mais apparemment c’était le déluge, dehors… C’était un peu faible, mais à part ça, le quasi-soldout à Tokyo, c’était mortel !
Amaël : La Corée, pareil, on a eu deux dates correctes, et c’était très cool de jouer là-bas, mais dans l’ensemble, c’était pas dingue, j’ai trouvé, enfin, sans vouloir paraître ingrat. (À Nicolas) Je sais pas ce que t’en as pensé ?
Nicolas : Ah si, Séoul, c’était bien, j’ai trouvé !
Amaël : En fait c’est pas que le public n’est pas réceptif, il l’est, mais c’est plutôt en termes d’audience. On va pas dire « décevant » vu qu’on n’en attendait pas à grand-chose, mais c’était pas immense. Par contre, quand on est arrivés en Chine… Waow.
Nicolas : On s’attendait vraiment à ce que ce soit le pire marché, on croyait qu’on allait avoir trente personnes par soir !

WTV : J’ai eu le même retour de Quentin et Pierre de Kadinja, ils s’attendaient pas à avoir un public au taquet, et qui en plus connait toutes les paroles.

Amaël : Ce sont des grandes villes avec beaucoup de monde, donc même une « fraction » de leur population, ça représente beaucoup, on s’attendait à avoir trente personnes, finalement c’était plutôt de l’ordre des 200 ou 300… Alors que la plupart du temps, c’était juste nous avec un opener. Ça gonfle un peu l’égo ! (rires)
Nicolas : On sortait d’une période un peu compliquée, disons, avec Noir… Et quand t’arrives là-bas, c’était la vie de rock star pendant une semaine (rires). On était en backstage à Shanghai, je crois, et les fans rentraient en loge pour prendre des photos avec toi ! Alors que toi, t’es en train de te changer, t’es en slip… (rires) Ouais, ils ont un rapport à l’individu qui est particulier, et très différent d’ici. Pour conclure, je dirais que cette opportunité est arrivée au bon moment, l’album avait pas aussi bien marché qu’on l’aurait souhaité, et t’arrives pour jouer devant des gens, tu vois qu’ils en ont quelque chose à foutre, et ça fait vraiment plaisir.
Amaël : Si je peux rajouter, c’est aussi la première tournée où on s’est payés ! On est rentrés tous contents, avec de très bons souvenirs, et notre premier « salaire » du groupe.

WTV : Est-ce qu’il y aurait une région, un pays que vous aimeriez faire ?

Nicolas : L’Australie, sans hésitation, avec Polaris ou Make Them Suffer ! Mais dans pas longtemps, on va repartir en Asie pensant un bon mois dont deux semaines en Chine, on va aussi viser Macao, peut-être Hong Kong, la Thaïlande…
Amaël : L’Amérique du Sud, ça me plairait bien. Je sais pas si on y arrivera, mais ça se tente! (rires)
Nicolas : Moi, y’a un endroit qui m’intrigue et m’attire, c’est l’Afrique. J’ai vu que Stray From The Path et Stick To Your Guns, ils avaient joué au Kenya. En fait y’a une association qui fait jouer des groupes pour je sais plus quelle cause, et apparemment y’avait un public de ouf. D’un autre côté, les gens là-bas ont un concert tous les dix ans, ils s’en foutent de qui c’est, c’est du Metal, ils y vont ! C’est un peu ce que j’ai ressenti en Chine, peu de groupes font l’effort de se déplacer là bas. Donc, ouais, l’Afrique, faire ce concert pour une bonne cause, ça me branche.
Amaël : Tu fais ton concert, puis tu pars grimper le Kilimandjaro (rires)
Nicolas : C’est au Kenya?

WTV : C’est en Tanzanie, mais c’est juste à côté de la frontière, donc t’étais pas loin! (rires)

Nicolas : En vrai, j’ai aucune restriction, en matière de pays ou régions, la Russie, l’Inde aussi, les mecs d’Intervals l’ont fait, et ça avait l’air vraiment bien.

WTV : Eh bien, c’est tout pour moi, un petit mot pour conclure? Des projets en cours de préparation ?

Nicolas : À part la tournée en Asie dont je t’ai parlé, on prépare également une tournée européenne en headline, courant mai, et probablement les Etats-Unis dans l’année. Pour les dates françaises, on va sûrement faire Paris, Lyon, Marseille… On va partir sur une bonne semaine, dans les grandes villes. On n’a jamais beaucoup joué en France, il serait temps qu’on s’y mette. Donc restez attentifs, on annoncera tout ça bientôt!
Amaël : Et merci à WARM, à une prochaine !