[Interview] Erwan s’entretient avec Mark RSK, chanteur de Booze & Glory

[Interview] Erwan s’entretient avec Mark RSK, chanteur de Booze & Glory

16 janvier 2020 0 Par Huhsh

Erwan : « Bonjour Mark, comment vas-tu aujourd’hui ? Comment s’est passé le voyage pour venir à Paris ? »

Mark : « C’était vraiment cool. Je suis arrivé hier et j’ai passé la soirée avec des amis que je n’avais pas vu depuis des mois, presque un an même. On a descendu une grande bouteille de whisky et on s’est saoulé. Du coup j’ai un peu la gueule de bois aujourd’hui. Mais c’est sympa, peu importe l’endroit où tu es dans Paris. Je n’étais pas venu à Paris depuis tellement longtemps. Je veux dire, on y a joué il y a quelques années, mais quand tu joues, tu sais comment c’est. Tu viens à la salle, tu fais le concert et tu rentres dormir à l’hôtel. Je n’ai pas vu Paris, je veux dire, correctement.
Peut être plus tard aujourd’hui. »

Erwan : « C’est souvent comme ça en effet oui. On est là pour parler de votre 5 album, Hurricane, qui sortira le 18 octobre. Que peux tu nous dire à propos de cet album, là maintenant ? »

Mark : On l’a enregistré en mai cette année (2019, ndlr), en Suède. Avec Mathias (Färm, ndlr.), le guitariste de Millencolin, c’est un groupe de skate punk, de Suède, je ne sais pas, tu les connais peut être déjà ? »

Erwan : « Oh oui, je les connais plus que bien en effet, et vu pas mal de fois en concerts. »

Live it Up, Live it Up, live for Today !

Mark : « Ok, bah du coup il a produit le disque, et il nous a invité venir en Suède. Du coup on y a passé deux semaines, dans un petit village à deux heures de route de Stockholm. On a enregistré 12 chansons. C’était nouveau pour nous d’enregistrer un album là-bas. On avait l’habitude d’enregistrer à Londres, pour tous nos albums précédents. C’était un gros changement pour nous, d’enregistrer et d’avoir un son complètement différent de nos albums précédents. Et je pense qu’il sonne vraiment beaucoup mieux. Particulièrement la batterie, on a enfin eu la batterie qui sonnait comme on voulait , comme on l’avait toujours voulu. Sur nos précédents albums on se plaignait sans arrêt de la batterie justement. Du coup, oui je suis content qu’on ait fini et qu’on sorte cet album le 18 octobre sur notre propre label. Parce qu’on a quitté Burning Hearts records qui avait sorti nos albums précédents, et aujourd’hui on a donc notre propre label. Alors je pense que ça va être un bon album, j’espère en tout cas. »

Erwan : « Est ce que vous avez changé quoi que ce soit dans votre manière de travailler ? Tu disais tout à l’heure que cet album sonnait très différemment des précédents, et pour l’avoir écouté je ne peux qu’être d’accord avec toi. Quels ont donc été les principaux changements ?

Mark : « Je pense que le principal changement est le départ de notre guitariste lead l’an dernier. Et la manière de jouer de notre nouveau guitariste (Kahan, ndlr.) est complètement différente de celle de Liam. Je pense que c’est le principal changement. On a également ajouté du piano et des orgues sur cet album. Ce qui, je trouve, rend le son plus complet. On a ajouté de l’orgue Hammond en arrière plan du son et je trouve que ça rend le son plus gros, nettement meilleur. Ces deux gros changements, le nouveau guitariste, le piano et aussi le nouveau studio, tout ça fait que nous sonnons différemment aujourd’hui. »

Erwan : « Vous vous présentez toujours comme un groupe apolitique, mais tu ne pourras pas échapper à la question. Que penses tu de la situation en Grande Bretagne aujourd’hui avec ce Brexit ? Comment te situes-tu par rapport à ça ? »

Mark : « Je pense que toute cette histoire de Brexit est une immense blague. La seule raison pour laquelle les politiques ont proposé ce référendum, c’était de gagner les élections. Je ne crois même pas que le parti conservateur s’attendait à ce que les gens votent pour sortir de l’Europe. Ils n’ont pas expliqué quelles seraient les conséquences réelles si on quittait l’Europe. Beaucoup d’anglais ne se sentent pas comme européens et ne veulent pas être associés à l’Europe. Mais dans le même temps je pense qu’ils vont en payer le prix fort s’ils quittent l’Europe. Je pense que tu es au courant que le Brexit devrait avoir lieu le 31 octobre prochain. Mais actuellement ils sont en train de le reporter à janvier. Pour moi tout ça c’est une blague et le reste de l’Europe nous regarde en se marrant. Mais je ne sais pas ce qui va arriver. J’ai des amis anglais qui ont voté pour le Brexit. Mais pas pour des raisons de racisme ou quoi que ce soit. Ils ont voté parce qu’ils espèrent pouvoir avoir une meilleure vie en Angleterre. Comme celle qu’ils avaient il y a de nombreuses années en arrière.
Mais je ne crois pas que ça va arriver. Pour le moi le brexit, au mieux est une blague, sinon c’est une énorme erreur. J’ai toujours pensé qu’il valait mieux construire des ponts qu’en détruire. Évidement, il y a du bon et du mauvais en Europe. Mais je pense qu’il y a beaucoup plus de bons que de mauvais. Mais les anglais ne semblent pas le comprendre. Et je pense qu’ils vont en payer le prix, vraiment. Voilà, je ne suis pas d’accord avec le Brexit, comme tu peux le voir. »

Erwan : « Vos chansons parlent fréquemment de la « Working class », de boire de la bière en chantant des chansons. Comment viennent les thèmes des morceaux que vous composez ? »

Mark : « On ne parle pas non plus tout le temps de boire de la bière dans nos chansons, mais oui, on s’appelle Booze & Glory, on se doit de chanter là-dessus (rires).”
Sur le nouvel album, il y a quelques chansons qui parlent de sujets qu’on avait jamais abordées jusque là. Il y a un morceau contre la guerre, le premier titre de l’album (Never Again, ndlr.) est résolument antifasciste. Jusque-là nous avons toujours été apolitique dans nos choix de thèmes. On a même toujours essayé de l’éviter. Mais aujourd’hui, avec tout ce qui se passe en Europe et dans le monde, on ne pouvait pas ne pas écrire dessus. Tu sais quand tu écris ton 5e album, tu as déjà un peu plus de mal à trouver des sujets sur lesquels écrire. Tu as déjà écrit sur pas mal de choses. Sur cet album on a donc une chanson sur le football, on avait l’habitude d’en faire beaucoup avant, mais sur les deux albums précédents nous n’en n’avions aucune. Du coup on a décidé d’en refaire une. On a cette reprise d’Elton John, (I’m Still Standing, ndrl.).
En fait, avant d’entrer en studio, j’avais en quelque sorte fait une liste des sujets que je voulais aborder. L’idée c’était de suivre cette liste de sujets pour composer les morceaux. Mais après deux titres, je me suis rendu compte que ça n’était pas comme ça que je travaillais. J’écris mes chansons comme elles viennent. »

Erwan : « Est ce que tu dirais que les textes viennent avec la musique, ou qu’ils influencent la composition dans son ensemble ? »

Mark : « En fait, on écrit d’abord la musique, puis les textes. La musique vient toujours en premier. Je ne suis pas du genre à me promener avec un carnets de chansons dans la poche avec des tas d’idées de textes. Moi j’ai plein de morceaux de musique différents, des passages de chansons, des mélodies, etc… Et quand la musique est en place je commence à penser aux paroles. Par exemple, sur une mélodie triste, j’adapterais un texte qui appuiera ce sentiment. Si la musique est entraînante, le texte matchera avec ça. Mais c’est toujours la musique qui vient en premier. »

Erwan : « L’album sort donc le 18 octobre et j’ai vu qu’il y avait une tournée, mais je suis triste de ne pas avoir vu un seul concert prévus en France. »

Mark : « Alors oui on part sur une tournée d’un mois, mais tu as mal vu parce qu’il y a 4 concerts prévus en France, dont un à Paris justement. »

Erwan : « D’accord, je suis passé à côté de l’information, mon erreur… Pour avoir une idée de l’étendue de tes influences musicales, je voulais savoir si tu te souvenais du premier morceau, de la première chanson qui t’ai fait ressentir quelque chose ? »

Mark : « Ah oui, je pense que ça doit être Cock Sparrer*. C’est un groupe de street punk anglais, mon groupe préféré en fait. Et quand j’étais gamin j’écoutais leurs albums en me disant que je ferais moi aussi un jour de la musique. Du coup oui, je dirais Cock Sparrer. »

Cock Sparrer, Runnin ‘Riot (1977)

Erwan : « Et pour en revenir à aujourd’hui, as-tu récemment découvert de nouveaux groupes dont tu pourrais nous parler ? »

Mark : « Ah oui, dernièrement j’ai découvert un groupe finlandais qui s’appelle « The Northquakes ». Ce n’est pas du tout du punk rock, c’est un groupe de moderne soul. Je pense que tu devrais poser une oreille sur ce qu’ils font c’est vraiment excellent. Je crois qu’ils jouaient dans un groupe qui s’appelait «Bacterians ». Ils s’appellent « The Northquakes » maintenant et ils viennent de sortir leur premier album (Tears in Rain, ndlr.). C’est vraiment excellent, je l’écoute tous les jours en ce moment. »

The Northquakes – Old Soul

Erwan : « Qui considères tu aujourd’hui comme étant ta plus grosse influence. Qui t’a amené à écrire les chansons comme tu le fais aujourd’hui ? »

Mark : « Il y en a peu. Si tu me demandais quels étaient mes groupes préférés, aujourd’hui je te dirais « Dropkick Murphy’s » ou « Social Distortion », peut être « Rancid » aussi. On a tourné avec les « Dropkick Murphy’s » cette année, et on a quelques chansons dans leur style avec une pointe de folklore irlandais, je réécoute aussi beaucoup de « Millencolin », ce genre de punk mélodique, ou Bad Religion également. Et tu peux probablement entendre des choses de ces groupes sur notre album. »

Erwan : Pour le prochain album, si tu avais l’opportunité de travailler avec quelqu’un, un producteur en particulier, ce serait qui ?

Mark : Comme je te disais, on a bossé avec Matthias de Millencolin. Et je suis un grand fan du groupe. Au départ, on a essayé d’enregistrer aux États-Unis, mais c’était beaucoup trop loin, et beaucoup trop cher aussi. L’idée de bosser avec quelqu’un, je dirais peut être avec Mike Ness de Social Distortion, mais je ne pense pas que ça soit possible. (Rires.). Mais bon, on ne sait jamais… »

Erwan : « Et si tu pouvais faire un duo avec quelqu’un, avec qui ça serait ? »

Mark : « Wouah, c’est une question difficile ça. Je pense que je ferais plutôt un duo avec une voix féminine du coup. Je ne sais pas trop qui, peut être la chanteuse de « The Distillers ». “

Erwan ; « J’ai une dernière question pour toi, un peu inhabituel. Si on t’offrait aujourd’hui un ticket pour remonter le temps et aller rencontrer ton moi de 10 ans. Que lui dirais-tu ? »

Mark : « Si je pouvais remonter dans le temps, je crois que je me dirais de commencer la musique plus tôt. Dans une ère avant le mp3 et le streaming et toutes ces choses là. Le début des années 90 c’était le meilleur moment pour la musique qu’on fait. Le groupe existe depuis 10 ans, mais ça ne fait que 4 ans qu’on y consacre tout notre temps. Du coup je me conseillerai de jouer à plein temps beaucoup plus tôt. On a commencé un peu tard, et peut être qu’on a raté des choses qu’on aurait pas raté si on avait commencé plus tôt. Tout le monde avait un job à plein temps, on ne travaillait sur le groupe que les weekends et on ne pouvait pas se concentrer juste sur le groupe. Mais les 4 dernières années ont été géniales. On est allé partout, sauf en Afrique, on fait des concerts tout le temps. Oui ces dernières années ont été vraiment fantastiques et j’espère que ça va continuer avec ce nouvel album.

Erwan : « Mark, merci beaucoup pour ton temps, et j’espère que tu pourras faire un peu le touriste à Paris aujourd’hui. »

Mark : « Merci beaucoup, et au plaisir de te voir à un de nos concerts à Paris. »

*Cock Sparrer, Street Punk, U.K (1972 / Present)
https://en.wikipedia.org/wiki/Cock_Sparrer