TankrusT – Opposite Terror

TankrusT – Opposite Terror

4 novembre 2019 0 Par Simon T

Quatre ans après leur premier album The Fast of Solace, les Parisiens de TankrusT ont sorti, le 25 octobre dernier, Opposite Terror. Au menu de ce second effort un peu court (neuf titres pour un peu moins de trente-cinq minutes), un thrash moderne toujours aussi hargneux, direct, mêlant influences death et hardcore.

Actif depuis treize ans déjà, TankrusT vient d’achever la première partie de sa tournée promouvant ce deuxième album Opposite Terror. L’occasion était donc parfaite pour écrire quelques mots à propos d’un groupe que l’on se plait à suivre… Depuis la sortie de l’EP Bushido en 2013, le quintette se donne pour mission de briser des nuques lors de prestations scéniques parfaites pour se défouler. Leur arme : des titres intenses comme « Bushido », « Dead Pools » ou encore « Barbarians ». Après un premier album intéressant, TankrusT continue donc sur sa lancée en essayant d’être le plus direct possible.

Dès les premières secondes du titre d’ouverture, « In Despair of Despair », les intentions sont claires. Le rythme est effréné, la voix de KooToh est rageuse et le batteur frappe fort. Le calme n’aura pas sa place durant ces quelques trente-cinq minutes de thrash death à la sauce Tankrust… C’est d’ailleurs cette même impression qui avait gagné lorsque, quelques semaines auparavant, le groupe avait mis en ligne la vidéo de « Another Blank Page ». Outre le côté martial et guerrier de la chanson, quelques pointes de mélodies apparaissaient, ici et là, rappelant les titres les plus efficaces et accrocheurs de leur répertoire.

À l’instar du morceau éponyme, le plus court de l’album avec ses relents death metal (on pensera notamment aux raffinés « gruik, gruik, gruik, gruik » du chanteur en guise de break), les différents éléments permettant aux groupes de dépasser les frontières du thrash sont bien présents et confèrent cette dimension brutale et sans fioriture. Revers de la médaille, on se perd parfois dans tout ce déferlement de violence et plusieurs écoutes sont nécessaires pour profiter pleinement du disque. En ce sens, un ou deux titres supplémentaires n’auraient pas été de refus pour enrichir, un peu plus, ce deuxième album.  Finalement, ce seront les parties les plus mélodiques qui permettront de s’orienter. En restant tout aussi haineux et rageurs, avec parfois quelques touches hardcore, « Sewerbreed », « Retaliation » et « For the Greater Good » remplissent ainsi les fonctions de rendre l’ensemble un peu plus varié et moins monolithique.

En somme, TankrusT fait partie de ces groupes français qu’il est toujours intéressant de suivre lorsque l’on s’intéresse à la scène hexagonale. Avec ce Opposite Terror, que l’on aurait aimé un peu plus long, les musiciens poursuivent sur leur lancée avec une volonté certaine de faire remuer les planches. On sera curieux de voir comment la formation franchit le cap du troisième album. Une chose est sûre : si, au détour d’une date, TankrusT s’arrête près de chez vous, foncez tête baissée !

À écouter : « Another Blank Page », « Retaliation », « For the Greater Good ».

Tankrust – Opposite Terror

Almost Famous

Sortie le 25 octobre 2019.