Slipknot est de retour !

Slipknot est de retour !

7 août 2019 0 Par FredKrueger

C’est sur une intro sentant bon les salles d’arcades à l’ancienne que l’album s’ouvre, des bruits bien dégueulasses dont la Megadrive serait fier, une ambiance malsaine et un petit « I’m counting all the killers » qui fait rappel à l’intro Solway Firth qui clôturera l’album.

Avec cette intro surfant un peu sur la mode synthwave et la nostalgie des 80’s, il serait plus qu’étonnant de croire que Slipknot prépare la bande son de la prochaine saison de Stranger Things. Bien au contraire, on attaque les hostilités directement avec le premier single lié à cet album, Unsainted, All Out Life étant une sorte de stand-alone, et le moindre que l’on puisse dire c’est que le refrain de cette chanson a tout le potentiel pour devenir un des moments forts des prochains concerts tant il rentre facilement en tête et se veut très facile à chanter ! Difficile d’y voir cependant un réel concurrent à Duality mais l’album ne faisant que commencer la barre est déjà très haute avec ce titre surprenant qui mélange le bourrin habituel de Slipknot avec des refrains chantants soutenus par des chœurs inhabituels et des samples malsains à foison !

Le troisième titre de cet album ayant été présenté dans la semaine avant la sortie de l’album en tant que troisième single, l’effet de surprise n’est pas encore au rendez-vous mais cela n’enlève rien à la qualité de Birth Of The Cruel qui n’est pas sans rappeler un certain Gently de IOWA par moment !

Le premier ovni de l’album survient alors avec la quatrième piste nommée Death Because of Death servant bref de transition vers le titre suivant mais connaissant Slipknot, il est fort à parier que quelque chose doit être à déchiffrer dans les samples que l’on entend derrière les paroles répétées.

On enchaîne ensuite avec mon coup de cœur dans cet album Nero Forte ! Avec des riffs qui donnent clairement envie headbanger à s’en briser la nuque et une intensité dans les paroles débitées à toute vitesse par Corey Taylor, ce titre a tout d’un parfait exutoire et cela se ressent directement. Mention spéciale pour un passage en particulier me rappelant The Nameless.

Critical Darling, c’est le nom de la sixième piste de We Are Not Your Kind. Avec une construction un peu plus complexe et moins dans le rentre dedans de la piste précédente, cette chanson est comme une démonstration de style reprenant un peu de tout ce que le groupe est capable de faire (Solos non inclus). A noter que la dernière minute de la chanson est de nouveau une sorte d’instru malsaine et qui pourrait laisser croire que Michael Myers est dans les parages.

Quoi de plus normal que de rester dans le malsain avec les couplets de A Liar’s Funeral qui ne sont pas s’en rappeler le travail de Akira Yamaoka pour Silent Hill. Volontaire ou non cet album semble bourré de références cinématographiques et vidéo-ludiques. Pour ce qui est de la chanson, qui part sur les bases d’une balade mélancolique, on se voit vite rattraper par un « refrain » plein de rage et qui prend aux tripes.

Non, le huitième titre de cet album n’est pas une cover de Billy Talent ! Red Flag, à l’image de Nero Forte, est un morceau qui va à 200 à l’heure et dont l’intensité ne baisse que légèrement lors d’un léger pont. De quoi remettre un coup de pied au derrière après le titre précédent qui était beaucoup plus lent.

Knotfest France @Slipknot

What’s Next ? Eh bien… une transition qui dans le contexte paraît encore très malsaine avec cette fois-ci le joli son d’une petite boite à musique qui prépare au plus gros ovni et au titre le plus perturbant de cet album.

Pas besoin de tourner autour du pot, Spiders, à défaut de plaire à tout le monde, est très certainement l’attraction principale de cet album tant le titre est perturbant, inhabituel et…. Fou ? Il est difficile de décrire ce que le titre provoque en soi mais « Etrange » est sûrement ce qu’il y a de mieux pour qualifier cette chanson. C’est comme avoir peur des « monstres » mais avoir un abonnement au Freakshow. On s’en passerait bien à l’origine mais une fois vu/entendu, il devient difficile d’en décrocher.

Niveau ressenti Orphan n’a rien à envier à Spiders, avec un démarrage long qui vient installer une sorte de scène que l’on peut facilement s’imaginer tel le calme avant la tempête ou tout simplement comme une flaque d’eau paisible qui se met à trembler à chaque pas d’un T-Rex approchant. Bien évidemment, les fans de Jurassic Park se diront qu’il suffit de rester calme pour ne pas se faire bouffer mais Slipknot est comme un T-Rex modifié qui a décidé de te faire courir ! Après une minute de calme c’est sur un riff qui n’est pas sans rappeler celui de People=Shit que l’on part pour 5 minutes de violence non-stop et ce malgré un refrain usant de la douce voix du Great Big Mouth.

Hors transitions, cet album ne compte pas un seul titre avec une durée inférieure à 4 minutes et pour rester dans la continuité les 9 proposent un titre de 6 minutes 48 qui vient encore se poser ici en tant qu’ovni. Il est indéniable que We Are Not Your Kind est bourré de prises de risques de la part de Slipknot qui sort totalement de sa zone de confort à plusieurs reprises. My Pain qui est donc le 12 ème titre de l’album se place comme une sorte de transition après le monstre de puissance qu’est Orphan cependant, avec sa longueur et sa construction il serait réducteur de le considérer comme une simple transition rallongée. Dans la continuité des titres précédent, quelque chose de malsain et saisissant se dégage de ce titre et malgré la répétition il ne laisse pas indifférent. Bien évidemment, si l’on n’écoute pas l’album en entier à chaque fois, il sera difficile de lancer cette chanson individuellement juste par envie de l’écouter mais dans une écoute globale, sa place est tout à fait légitime.

Sans refaire tout le discours sur la longueur des morceaux, Not Long For This World nous fait traverser plusieurs styles et ressentir plusieurs émotions du long de ses 6 minutes 35. Souvent mélancolique et mélodieux, parfois bourrin, ce titre est comme une longue marche ponctuée d’aléas plus ou moins violents et laissant une dernière minute complète d’errance avec un battement rapide qui vient faire monter la tension avant le dernier titre de l’album.

Peut-être me suis-je avancé en disant que Nero Forte est mon coup de cœur dans cet album… Solway Firth est un déchainement de violence qui ne doit absolument pas être écouté au volant sous peine de coller la pédale au plancher jusqu’à ce que la chanson se finisse… à condition de ne pas la mettre en boucle. Présenté comme le second single de cet album Solway Firth voit son côté violent renforcé par le clip l’accompagnant qui mélange des images live et des extraits de l’excellente série The Boys. A travers ce condensé de rage concluant l’album Slipknot nous montre une fois de plus que la flamme animant le groupe est loin d’être éteinte !

Rendez-vous ce vendredi 9 août pour découvrir par vous-même cet excellent We Are Not Your Kind et n’oubliez pas que Slipknot sera de retour en 2020 en Europe avec deux dates en France à Paris et Lyon !

We Are Not Your Kind – Tracklist :

  • Insert Coin
  • Unsainted
  • Birth of the Cruel
  • Death Because of Death
  • Nero Forte
  • Critical Darling
  • A Liar’s Funeral
  • Red Flag
  • What’s Next
  • Spiders
  • Orphan
  • My Pain
  • Not Long for This World
  • Solway Firth