Interview de “Heart of a Coward” pour la sortie de “The Disconnect” [INTERVIEW]

22 mai 2019 0 Par Huhsh
The Disconnect – Cover



Tony a échangé par mail avec Heart of a Coward afin de parler un peu de leur album à sortir le 7 juin prochain chez Arising Empire, The Disconnect.

Tony : Dans un premier temps, comment allez vous ? Vous sentez vous excité par cette sortie qui arrive très vite maintenant ?
Heart of a Coward :
Bonjour, je vais très bien merci ! Là j’attends la sortie avec impatience, plus que quelques semaines à attendre !

T : Pour votre première interview pour Warm TV, ainsi que les gens qui ne vous connaissent pas déjà, je m’excuse pour cette requête un peu bateau, mais peux tu nous faire une rapide biographie de la formation ?
HOAC : Formé en 2009, Heart of a Coward a toujours été sur une pente ascendante depuis sa création. Aujourd’hui, c’est un nom bien installé dans le metalcore UK, 2012 a vu la sortie de son premier album « Hope and Hindrance » et de leur premier clip pour le titre « Shade ». Propulsé sous les projecteurs par ses succès rapides, l’album suivant, « Severance », a vu le groupe grandir en popularité avec les singles « Deadweight » et « Distance ». Le groupe a clairement gravé sa touche unique de brutalité lourde, de paysages sonores épiques et de mélodies envoûtantes.
Le troisième album,
« Deliverance », contient l’impressionnant single « Holow ». Ce single démontre la capacité du groupe à écrire des hymnes metal moderne et à forger un lien fort avec son public. Connus pour des lives puissants et entraînants, Heart of a Coward a tourné avec des groupes comme Machine Head, Thy Art is Murder, A Thrive et Trivum.

T : Il y a 4 ans sortait « Deliverance », avec de très bons morceaux, comme « Hollow », « Anti-Life », Comment avez vous commencé à composer ce « The Disconnect » ? Quel a été « la clef » pour démarrer cette conception ?
HOAC : « The Disconnect » a été commencé en 2016, avec un tas de démos approximatives, mais n’a pas été fini avant fin 2018. Le moment clef dans le processus d’écriture, ça a été septembre 2018 lorsque nous nous sommes enfermés pendant 2 semaines pour finalisez tous les morceaux avant d’entrer en studio. Sans cette période, nous n’aurions pas fait cet album.

© Rob Blackham

T : Le son de « HOAC » est un mélange de djent a des sons clairs et des voix progressives utilisées avec une bonne adéquation. A propos de la voix, quelles sont les différences entre cet album et les précédents ?
HOAC : Nous avons un nouveau chanteur (rires). Sérieusement, Kaan apporte un nouvel angle au son HOAC. Il amène un son plus mélodique et plus raffiné à l’album.

T : Je voulais parler plus précisément d’un titre qui est « Return to Dust », que j’ai vraiment aimé. Comment est venu l’idée de ce titre qui est probablement l’un des plus touchants que j’ai pu entendre depuis longtemps ?
HOAC : Merci beaucoup, on aime beaucoup ce titre aussi. Il est sorti d’une fin de soirée après 2 heures de jam dans notre local de répétition. Aussitôt qu’on a entendu les gars en train de la jouer on a enregistré. J’adore l’atmosphère que nous avons réussi à créer avec ce titre. C’est quelque chose de très frais pour HOAC. C’est un morceau qu’on apprécie vraiment tous dans le groupe.

T : Vous avez choisi « Drown in ruin » pour premier single de cet album, pourquoi ce choix, mais également pourquoi les choix de « In The Wake » ou « Ritual » ?
HOAC : “Drown in Ruin” est un morceau lourd fait pour un début, du coup ça faisait complètement sens de le choisir en premier. “Ritual” est le 2e morceau, une atmosphère plus thrash avec un gros refrain. “In the Wake” est un autre hit, des gros riffs et de gros cœurs !
T : En parlant du titre de cet album « The Disconnect », en y réfléchissant, on peut faire la relation entre l’humanité et l’apogée, ainsi que les abus, de la société réseaux, médias sociaux. Est ce que je me trompe ou le propos est plus ou moins celui là ?
HOAC : Tout à fait, tu as mis le doigt dessus. Nous sommes tous pris dans notre propre bulle et la vie moderne est déconnecté de la réalité ou des conséquences.


Nous nous sommes enfermés pendant 2 semaines pour finaliser tous les morceaux avant d’entrer en studio. Sans cette période, nous n’aurions pas fait cet album.

Heart of a coward – interview warm tv 2019
© Tom Barnes

T : Vous avez sorti le clip de « Drown In Ruin » il y a un mois maintenant, pouvez vous nous en dire un peu plus ?
HOAC : Les paroles parlent de la politique et de la société anglaise. La vidéo est une représentation de la lutte contre nos démons intérieurs.

T : Parlons un peu des dates à venir pour défendre ce nouvel album. Quand avez vous l’intention de revenir en France ? A paris, d’autres villes, des festivals ?
HOAC : Nous prévoyons de revenir sur le continent à la fin de l’année pour soutenir la sortie de l’album et la France est dans la liste.

T : On arrive à la fin de cette interview, avez vous un mot à dire pour terminer cet entretien ?
HOAC : Merci de nous avoir reçus, procurez-vous « The Disconnect », brosser vous les dents tous les jours. Il ne faut pas boire et conduire. Nous vous aimons tous. Fuck Brexit !

INTERVIEW ► Anthony SALOMON
TRADUCTION & RETRANSCRIPTION ► Erwan MEUNIER
REMERCIEMENTS ► HIM Media, HOAC & Arising Empire

Heart Of A Coward – “The Disconnect”
Sortie/Release ► 7 Juin 2019
© ARISING EMPIRE – 2019

© WARM TV – MAI 2019