Tagada Jones / Le Bal des Enragés – La Cigale – 04/05/2019

Tagada Jones / Le Bal des Enragés – La Cigale – 04/05/2019

8 mai 2019 0 Par Huhsh

On est samedi. La journée a été plutôt spéciale niveau météo, mais il m’en faudrait plus pour louper ce qui s’annonce comme une foutrement bonne soirée. Le Bal des Enragés célèbre ses 10 ans à la Cigale ce soir, saucisse dans la galette, Tagada Jones vient souffler ses 25 bâtons de dynamites simultanément ! Enfin, ils jouent pas en même temps hein, bref vous m’avez suivi !

Bus, RER, Métro, chemin de croix d’un presque campagnard, avant d’arriver sur le boulevard Rochechouart. En parlant de météo voilà t’y pas qu’il commencerait à me grêler sur la trogne maintenant. Cinq minutes plus tôt j’allumais ma clope au soleil en sortant du métro. Mais je suppose que vous vous en foutez et je vous comprends parfaitement.
Devant la Cigale une petite file d’attente tape le pavé depuis un petit moment. L’ami Marco est arrivé sur Paris et doit s’enraciner depuis 14 heures qu’il est là. Gwen me rejoint pour les photos, Véro doit déjà traîner dans un coin, Warm TV est au complet pour ce soir. Ouverture des portes, l’attente semble enfin se terminer…
On entre ! Encore un peu de patience requise, qu’on met à profit pour saluer les nombreuses têtes connues. Si la salle n’est pas encore comble, ça ne saurait tarder, la soirée est annoncée sold-out depuis un bon moment. Niko et Waner font quelques jardin/court, court/jardin pour les derniers réglages, les lumières se tamisent, on y est !

Le groupe fait son entrée, chacun à son poste, si un certain Hannibal assistait au spectacle, il nous gratifierait d’un « J’adore quand un plan se déroule sans accroc » avant de tirer sur son cigare.
Et c’est parti pour Envers et Contre Tous. La salle qui s’est remplie en quelques minutes à peine, déjà cocotte minute sous pression, poignée de pop-corn dans l’huile, vient littéralement d’exploser. 3 secondes et trois accords de guitare, c’est ce qui aura suffit à retourner la Cigale. Suivent directement Zéro de Conduite et La Peste et le Choléra qui loin de faire retomber le soufflé aux punks qui est monté jusqu’au balcon, semble s’alimenter un peu plus à chaque riffs assassins de Niko et Stef. Waner de son côté semble rencontrer quelques soucis de son, pris en charge aussitôt par un ingé, il faudra néanmoins un petit moment pour gérer le pépin.Yech’Ed Mat est prétexte à trinquer avec son voisin et certains poussent le partage un peu plus loin. Si les gobelets étaient des mouettes… Ce n’est pas ces quelques gouttes de bières fraîches qui semblent distraire la foule de son plaisir. Les morceaux se suivent, rageurs, cyniques, accusateurs, avant tout fédérateurs de l’intergénérationnel qui a blindé ce haut lieu du music-hall et du stupre parisien. Karim & Juliette, Tout va bien,… tous sont repris par la quasi totalité de la salle à tue-têtes, mais Cargo est une apogée jouissive. Ce qui était un joyeux bordel devient un foutoir général. On peine à compter le nombre exacte de slammer tant ils se suivent, disparaissent, se croisent, se téléscopent parfois. C’est avec Je suis démocratie et Mort aux Cons que les Tagada prennent congé. Je pense qu’unanimement dans la salle on s’en fout un peu….. On les revoit dans 15 minutes !

Chacun profite de la pause pour aller apaiser un des trois besoins primaires, boire, pisser, fumer. Bon je vous l’accorde ce dernier est moins répandu. il n’empêche qu’en allant satisfaire le second quelques secondes avant les dernières notes de Tagada Jones, j’ai pu satisfaire les trois avant la reprise, ce qui était loin d’être gagné.
Envolé le backdrop des 4 rennais, sur scène quelques marches façon cabaret, montent vers Le Bal des Enragés en lettres de lumières !

La voix inoubliable d’Edith Piaf annonce, de son « Non rien de rien », que la fête commence. Coup de génie scénographique, usé du célèbre Salut à toi des Béruriers noirs pour que chacun se présente. C’est qu’ils sont une quinzaine à chaque fois, et si une équipe « fixe » est à peu près prévisible, on est jamais à l’abri d’un invité surprise sorti du fond du 305 de la tournée. Là j’extrapole un peu, le camion de la tournée doit être mieux qu’un 305 quand même. Et c’est parti pour 2 heures non stop de madeleine de Proust en travers de la poire. Avec le Too drunk to fuck des Dead Kennedy’s, je suis un gamin boutonneux qui prend un ratiche à sa première boom. Helter Skelter des Beatles, je ne suis même pas encore un vague projet dans le testicule gauche de mon paternel… Près d’une trentaine de titres vont ainsi se succéder.Tubes sur tubes, tout le monde en connaît au minimum le refrain. On salue les anciens, Sham 69, Trust, Metallica, Johnny Cash et j’en passe. La soirée est un voyage dans le temps à bord d’une Delorean qui aurait des soucis d’injection. On fait un coucou aux années 90 avec Sugar de System of a Down, ou Territorial Pissing de Nirvana, avant de remonter pile l’année de ma naissance pour danser Blitzkrieg Pop avec les Ramones. Tantôt je vous parlais de l’invité du 305 ? Et bien ce soir c’est Josh Morgan, batteur de The Subways, qui viendra tenir les fûts sur leur fameux Rock’n Roll Queen, un des titres les plus récents de la playlist de notre soirée à tous. Et si on parlait un peu de l’ambiance aussi ?


Dans la foule il y a du vieux du moins vieux, du punk du moins punk, voir du pas punk du tout, du gamin de 5 ans, casque antibruit enfoncée sur la tête à la sexagénaire engoncée dans son vieux perfecto raidi par les années. Qui a dit que la musique créait des barrières ? Ah oui, personne, c’est peut être pour ça alors! Une punkette torse nue, crête arc en ciel et tattoo de sa « tribu » anarchiste, crawle sur la foule en braillant sa joie de vivre à qui veut l’entendre. « Coucou Leekorn;) »
Du balcon la vue sur la foule en contrebas est fascinante. Un balais incongru, pantin désarticulé, maelstrom humain bouillonnant, sans cesse en mouvement, grouillant presque d’une intelligence collective, comme des fourmis cherchant un chemin. Mais pour le coup c’est pas du tout celui de la sortie ou du prochain repas. C’est juste à la fin d’Antisocial de Trust que retombe d’un coup ce putain de soufflé rock/punk sauce metal, quand Niko, désabusé, nous annonce que le Bal ne saurait, ce soir, finir comme à son habitude par le Vive le Feu des Bérus. C’est donc sur les notes de Charles Dumont que s’achève ce double anniversaire. Je vois des sourcils pointilleux se dresser dans le fond, mais c’est qui ce Charles Dumont ? Rien de moins que le compositeur de Je ne regrette rien.
Ceci était la micro seconde de culture de la fin de report, proposée par votre serviteur.

Non pas les pierres, on avait dit pas les pierres…..

©Photos Gwen Melin.
©Rédaction : Erwan Meunier

Nos remerciements à Rage Tour, aux groupes Tagada Jones, Le Bal des Enragés, La grande famille des enragés et la Tagada Jones Dissident Army sur facebook.