Gros plan sur une association qui sait gérer les “Turbulences” !

Gros plan sur une association qui sait gérer les “Turbulences” !

7 mai 2019 0 Par Véronique Reinette

Pendant le Festival On a plus 20 ans des 12 et 13 avril dernier, j’avoue avoir été bluffée par la gentillesse et l’organisation des bénévoles qui ont géré d’une main de maître l’événement. L’envie d’aller discuter un peu avec eux s’est faite sentir et bien m’en a pris ! Connaissez vous l’association Turbulences ? Moi, je ne la connaissais pas, même si lors des éditions précédentes, ils étaient déjà actifs pour l’orga de la réunion annuelle des Tagada Jones. En réalité, cette association existe depuis 1993 !

Eux non plus ne sont plus des perdreaux de l’année. Je ne vais pas vous lister (vous avez le détail sur la photo du T-shirt) tout ce qu’ils ont programmé de 1993 à 2013, mais en 20 ans de grands noms sont passés en Vendée grâce à eux et à l’énergie de leurs bénévoles.

Malheureusement, le statut d’une association ne permet pas de se planter, jamais, et en 2013, ils n’ont pas eu le public attendu. Cela aurait pu, et du logiquement, sonner le glas de Turbulences, mais que nenni et c’est tant mieux ! Je vous explique : les Tagada Jones avaient été programmés plusieurs fois par l’association. Rage Tour avait déjà fait jouer leurs artistes chez eux aussi. Lorsque tout ce beau monde a appris la triste nouvelle, ils se sont mobilisés et de belle manière. En proposant de faire appel à l’association pour le 1er festival on a plus 20 ans. Et en le faisant aux Herbiers, qui est aussi le siège de Turbulences. Je ne suis pas certaine, si j’ai bien compris qu’au tout départ, l’équipe de Turbulences ai répondu tout de suite, il fallait déjà intégrer le raté et c’est bien légitime.

Mais ni Tagada, ni Rage tour n’ont lâché l’affaire et c’est ainsi qu’en 2014 Turbulences reprenait du service et que les bénévoles recommençaient à officier. Lorsque les Herbiers ont annoncé qu’ils ne pouvaient plus accueillir le festival, Rage Tour et les Tagadas, auraient pu décider de déplacer l’événement n’importe où en France. La très grande majorité du public suivrait, quoi qu’il se passe. Cependant, ils ont préféré maintenir la Vendée pour pouvoir continuer à travailler avec Turbulences. On peut donc dire que la solidarité n’est pas un vain mot et que s’il m’avait fallu une raison supplémentaire d’apprécier ce festival, elle est toute trouvée !

Pour vous donner une idée, Turbulences à Fontenay le Comte, c’est une vingtaine de permanents incluant les membres du bureau. Au total, une soixantaine de personnes sur le site, les bénévoles étant pour la plupart fidèles d’une année à l’autre. Cela représente deux bars qui, faut-il le préciser, tournent à plein régime pendant les deux jours, des bénévoles à l’entrée, qui nous accueillent dans la joie et la bonne humeur, d’autres qui ont la lourde tâche de garder les lieux propres, des « volants » qui assurent le service d’urgence, reprenant le poste des copains au pied levé quand nécessaire.

Un grand merci à Turbulences pour nous avoir si gentiment reçus et répondu au pied levé à ma curiosité, ainsi qu’à tous les bénévoles qui nous ont permis d’en profiter, sans nous soucier de rien. Mention particulière aux bénévoles du bar dehors qui, en plein rush ont laissé officier Isis avec le sourire. Et un sacré Big Up à Rage Tour et Tagada pour mettre en pratique la solidarité qu’ils véhiculent au travers de leurs chansons et de leurs artistes !

https://communicationturbu.wixsite.com/asso-turbulences
https://www.facebook.com/association.turbulences/