On n’a plus 25 ans (V° édition) ! Première partie

On n’a plus 25 ans (V° édition) ! Première partie

1 mai 2019 0 Par Véronique Reinette

Ça c’est sûr et malgré mon âge avancé je n’avais qu’une envie : ‘y être. Nous sommes parties avec Isis pour la partie photo pour un festival de folie avec une affiche à faire saliver tout enragé aimant la scène française. Dès notre arrivée, nous sommes en terre connue même si le site est une découverte. Le public est au rendez vous et nous constatons vite que les fidèles des quatre coins de la France sont là pour cet événement sur deux jours, alors qu’habituellement cela a lieu sur une journée. L’organisation est au top, suffisamment de bénévoles et sécurité pour ne pas avoir à perdre du temps. Le temps est beau, les équipes souriantes. En parlant d’organisation, je vous présenterai dans un autre papier en détail de l’association “Turbulence”, ils le méritent carrément ! L’arrivée sur le site permet de vite de rendre compte que les 5000 personnes par jour pourront évoluer dans être trop tassés et ça c’est chouette. Stands de merch d’un côté, bar et guérites d’un autre, ceux permettant de se nourrir un peu plus loin, malgré une foule dense nous pouvions évoluer sans nous marcher dessus ! La salle, toute en longueur avait un bar intérieur pour permettre de boire sans perdre une note de musique.
En parlant de musique si je commençais à vous raconter ce qui vous intéresse vraiment ? La programmation démarrait fort avec Black Bomb A. S’il est parfois difficile d’ouvrir un festival devant un public clairsemé, vendredi c’était tout à fait différent. Le public a immédiatement répondu présent et rempli la salle. En moins de 3 titres nous étions tous en nage, pogos à gogo ils ont dès le départ mis le feu. Le set était équilibré entre le nouvel album et les plus anciens. Ils ont clôturé leur set par “Sweet Mary” qui a été sacrément repris par la salle à plein poumons ! Big up au public qui a reçu Poun pour un slam de fin de concert. La distance entre la scène et le public était très confortable et le monsieur a pris un sacré élan !


Après cette mise en bouche, sont arrivés, à mes yeux, mais vous le savez déjà, les patrons Lofofora ! Ça a fait du bien de les entendre dans un set métal, cela faisait quasiment trois ans qu’ils n’en avaient pas fait un, même si j’aurais bien aimé quelques titres acoustiques ça aurait pu être très sympa. Quoi dire ? Toujours aussi bon et même plus, énergiques, souriants un vrai un régal. Trois mentions spéciales ceci étant, j’ai particulièrement aimé réentendre contre les murs et ai souri en entendant “Autopilote” l’un des titres favoris d’Isis. Quant à l’oeuf… Ce n’est pas tous les jours qu’un groupe reprend la reprise d’un de leur titre pour le plaisir de surprendre. Et c’était carrément sympa, même si honte sur moi j’ai oublié le nom du groupe que reprenait Lofo.

Pour passer après eux il fallait prévoir du lourd, et la programmation ne s’y est pas trompée puisque c’était le tour de “No one is innocent”. La salle était toujours comble au démarrage du set. Malgré la chaleur et grâce aux bars et très nombreux bénévoles on a pu s’hydrater et ne rien manquer du spectacle. Les “No One” sont en tournée depuis un bon moment et j’ai eu la chance de les voir plusieurs fois déjà. Ils ont toujours la gouache et si fatigue il y a ils l’ont bien cachée ! Ça bouge, ça se marre, c’est toujours un vrai moment de bonheur. Les sets en festival sont souvent écourtés mais on a pu hurler avec eux tous les titres que j’espérais entendre, “Ali King of the ring” de leur dernier album, mais aussi “Silencio”, “Propaganda”, sans oublier bien sûr “Charly” ! C’est a eu près à la fin de leur concert et après avoir hurlé de bon coeur “la jeunesse emmerde le front national” que mes articulations m’ont rappelées qu’elles non plus l’ont plus 20 ans….

C’est au tour d’Ultra Vomit ! Je décide malgré tout de rester en retrait pour ce concert et suis sortie un moment récupérer. Ceci étant je suis vite retournée dans la salle pour admirer le spectacle de loin. Cela m’a permis de me rendre compte à quel point le public était à fond. Bondissant, slamant, pogotant, et surtout se marrant comme des gamins enchantés par les farces des autres. J’ai aimé ce concert pour la musique mais aussi pour l’énergie partagée entre le public et la scène !

Dernier morceau de la soirée et non des moindres, Le Bal des Enragés. J’avoue avoir eu des craintes avant le concert, trop d’absents à mon goût par rapport aux années précédentes. Heureusement remplacés par des artistes de qualité mais tout de même. Évidement Sven allait manquer sans qu’on puisse rien y faire, mais Reuno, Doudou, Lolo le Fourbe, Vincent, je trouvais que cela faisait beaucoup… Et malgré l’arrivée des No One, j’avoue que je m’y suis un peu moins retrouvée que sur les éditions précédentes. Ceci étant nous avons eu le droit à un super spectacle que j’ai hâte devoir de nouveau et plus longtemps à la Cigale. Je pense que je suis un peu restée sur ma faim car j’espérais presque un copier coller de l’édition précédente.